Tagmout est un village de montagne d’environ 300 âmes à 1h30 de la petite ville de Taliouine.

P1010596

Dans toute cette région, les revenus proviennent principalement de la culture du safran.

Après 5km de piste dans un paysage désolé, presque lunaire, le dernier virage nous laisse voir en contrebas le joli village de Tagmout.

Accroché à la colline, au bord d’un oued, la verdure contraste avec le paysage minéral que nous venons de parcourir.

J’étais déjà venue avec Annie pour faire un repérage. Saïda, la présidente de la coopérative, nous avait accueillies pour nous montrer ses tissages (tapis, couvertures, haïk). Nous nous connaissions déjà puisqu’elle avait assisté à la formation de tissage à Aguerda.

J’ai eu un coup cœur, non pas pour les tapis qu’elle réservait aux touristes, mais pour ce qu’elle nomme haïk. Autrefois le haïk était porté par les femmes marocaines, enroulé autour d’elles un peu comme un sari. C’était alors un tissage assez fin permettant le drapé.

Ce que Saïda nous montra avait les mêmes motifs qu’à l’époque, mais davantage l’épaisseur d’une couverture de laine. C’était magnifique, mais les touches de modernité fluo…comment dire…ne valorisaient pas son travail.P1010403Bref, comme les autres fois, il fallait, recolorer, simplifier, et réduire le volume des pièces.

Me voici donc de retour à Tagmout (juste avant la récolte du safran, car tout le monde allait être mobilisé) avec des idées en tête. J’arrivais, les bras chargés de laine filée (et je peux vous dire que le seul achat de ces fils à Marrakech est une épopée). Les femmes étaient là, motivées et impliquées, ça s’annonçait bien.

 

Parmi elles, étaient  également des femmes de deux autres villages tissant avec le même savoir-faire.

une française en ce lieu, et le fait d’être réunies représentaient un événement pour le village.

J’ai connu les joies des 4 repas par jour, et de l’ahwach improvisé chaque soir…é-pui-sant.

Pour vous donner une idée de ce qu’est l’ahwach de l’anti-atlas dans la video ci-dessous. Dans mon cas, c’était improvisé, exclusivement féminin, et à visages découverts.

 

Faut  bien se défouler…au final, nous avons fait de très jolies pièces, et je pense que les femmes ont compris l’intérêt de cet accompagnement.

Une autre histoire…à suivre…